La mer, cet autre – Yann Bagot

Previous Post
Rochers, ressac (Pointe du Grouin #23.16), 2023. Encre de Chine sur papier. ©Yann Bagot / ADAGP, Paris.

Rochers, ressac (Pointe du Grouin #23.16), 2023. Encre de Chine sur papier. ©Yann Bagot / ADAGP, Paris.

Calendrier

Du 17 novembre 2023 au 13 janvier 2024

« Janvier 2023.

Le vent forcit. Depuis les falaises de la Pointe du Grouin, face à l’océan, mon regard plonge sous l’horizon assombri. En contrebas, la roche, la mer et l’air bouillonnent. Là, chaque élément semble devenir l’autre. Dans l’écume blanche, la roche noire devient volatile, fugace. A l’abri de notre regard, elle assouplit ses pentes, longuement. Imperturbable, la vague jaillit, fracasse. En chaque embrun, partout, l’air s’immisce, circule, agit, transforme.  Où commence, où finit chaque milieu ?

Ici, tout ce qui a un nom semble réinventer ses parois.

Face à la mer et au vent salé, je tente de porter trace de ces mondes ouverts. « 

Notes de Yann Bagot au Sémaphore de la Pointe du Grouin, Cancale. 

En janvier 2023, Yann Bagot retourne séjourner au Sémaphore de la Pointe du Grouin, à Cancale, à l’invitation du Département d’Ille-et-Vilaine. Plus tard, en juillet, invité par la Fondation Tara Océan, l’artiste embarque à Stockholm (Suède), à bord de la goélette Tara, pour une résidence en mer baltique, dans le cadre de l’expédition scientifique Tara Europa. De ces deux résidences artistiques, Yann Bagot est revenu avec de nouveaux dessins dont une sélection est réunie à la galerie Robet Dantec pour l’exposition « La mer, cet autre ». 

On connaissait le penchant de Yann Bagot pour les conditions inconfortables : la majeure partie de ses dessins sont réalisés en extérieur, les genoux ancrés au sol, sur le motif. Le curseur est monté d’un cran sur la côte bretonne en janvier dernier, où les tempêtes hivernales ont apporté aux dessins de Yann Bagot une force sombre, une énergie claquée sur la furie des éléments, qui tranche avec les séries précédentes. 

Le sel utilisé par l’artiste dans ses dessins, jeté sur le papier, scintille cette fois-ci plus intensément, l’artiste ayant délibérément choisi de ne pas rincer ses feuilles comme il le faisait auparavant. 

Nouvelles contraintes lors de sa résidence à bord de la goélette Tara, où Yann Bagot dessine debout avec de l’eau de mer les paysages maritimes traversés pendant les temps de navigation, soumis à la houle et aux vents marins. Cette expérience en mer est prolongée d’un temps de résidence à la station océanographique de Kristineberg, sur l’île de Skaftö en Suède, invité par l’EMBRC (European Marine Biological Resource Centre) dans le cadre du programme BiOcean 5D (Programme d’échantillonnage des aérosols, des sédiments profonds et des habitats marins des côtes européennes). Dans ce contexte, il poursuit un travail expérimental et poétique sur papier, dans lequel il dresse un parallèle entre dessin et échantillons d’analyse d’eau de mer prélevés par les chercheurs. 

A la fois plus abstraite et tournée vers l’essence même de l’acte de dessiner, cette nouvelle série baptisée « Sea samples » semble nous montrer le plus petit dénominateur commun entre la trace du dessin et l’origine de la vie sur terre, entre le microbiome marin et les précipitations de l’encre de Chine sur le papier. 

Et de nous sensibiliser ainsi à leur beauté et à leur importance primordiale.

Biographie

Né en 1983, Yann Bagot vit dans la région de Fontainebleau. Il est diplômé de l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris en 2008. Il développe un travail de dessin autour de la question du paysage et de ses éléments naturels, en utilisant principalement l’eau, l’encre de Chine et le sel. 

Régulièrement invité en résidence artistique (Fondation François Schneider, Abri Mémoire de Uffholtz, Sémaphore de la Pointe du Grouin, SAFFCA à Bruxelles, Fondation Tara Océan), il a été plusieurs fois sélectionné pour le Prix de dessin Pierre David Weill, de l’Académie des Beaux-Arts, dont il reçoit une mention en 2023. Ses dessins sont présents dans plusieurs collections privées et publiques. 

Parallèlement, il est membre actif du collectif Ensaders et intervient depuis plusieurs années au sein de l’association La Source Garouste qui milite pour un accès à l’art en tant que facteur d’ouverture au monde et de progrès social.

expositions passées

Share Post :