gaël darras

Vit et travaille à Nantes. Gaël Darras est diplômé de l’Ecole des Beaux Arts de Nantes Métropole (2014) et de l’Ecole supérieure d’art des Pyrénées (2012).
En 2019, il a également suivi une formation d’enluminure au CITIL (Centre International des Traditions de l’Image de Lumière).

Peindre un mur

À partir du motif de la brique, unité inlassablement répétée, Gaël Darras construit à l’aquarelle des espaces architecturés au style minimaliste. Ses bâtiments, désinvestis de toute fonctionnalité, sont dénués de contextualisation spatiale et de marqueur temporel précis — ils nous portent vers une antiquité lointaine autant qu’ils évoquent nos maçonneries contemporaines. Ils flottent dans la blancheur matricielle du papier dont des pans sont laissés vierges, tels des volumes virtuels, mirages surgissant d’un désert aveuglant. Ces constructions ne s’habitent pas, ne se pénètrent pas : ce sont des murs. Ils montrent autant qu’ils dissimulent, poussent le regard à chercher au-delà. Leurs frontières nous renvoient à notre intimité, tels des « temples intérieurs » dont la porte d’entrée est gardée secrète.

L’utilisation systématique de l’oxyde de fer comme pigment (celui-là même qui donne sa couleur rouge à la brique) déploie un univers monochrome et contemplatif où chaque brique vibre d’une densité particulière. Gaël use d’outils communs à l’architecte et au peintre (perspective cavalière, point de fuite, règle, compas, équerre) et s’intéresse à différentes traditions et techniques de composition de l’image. Il puise notamment dans la géométrie symbolique héritée des enlumineurs du Moyen-Âge (proportions dorées, rectangles dynamiques, polygones, etc) et dans l’histoire de la fresque, depuis les villas pompéiennes aux chapelles des primitifs italiens.

À différentes échelles de son travail se réitère un principe modulaire qui procède du fragment et de la matrice. L’accumulation des briques dessine les formes, les cadrages resserrés alternent avec les vues d’ensemble, les images se découpent et s’assemblent en polyptyques. Comme poussé par une réécriture continue du mythe de Babel, Gaël Darras, dans une constante répétition du geste, du motif et du sujet, semble explorer les contours d’un seul et même monument imaginaire.

2021
Allons, faisons des briques et cuisons-les au feu, à la Galerie Robet-Dantec, Belfort
Quadrature, avec l’associaton Octo-Verso, Angers

2020
1280°, Espace Mira, avec Leah Desmousseaux à Nantes

2018
Locus in aliore loco avec Leah Desmousseaux au CAPRA à Allonnes
En réalité je n’ai trouvé que du sable, à l’atelier Alain Lebras à Nantes

2017
Edmond Multiples et éditions aux ateliers Millefeuilles à Nantes 

2021
Luxembourg Art Week – The Fair (en novembre), avec la Galerie Robet Dantec, Luxembourg
Les solitudes, au Temple du Goût, Nantes

 2020
émergences #2, Galerie Robet Dantec, Belfort

2019
Contre Forme à l’Atelier, invité par MPVite, à Nantes

2018
De la zone humide ou naissent les image à Open school gallery, ESBANM, à Nantes
Dernier rite au Grand Atelier, Maison de quartier Madeleine Champ de Mars, à Nantes

2016
Présentation d’une pièce à l’exposition Do It du Frac des Pays de la Loire à la HAB Galerie à Nantes

2015
Archiculture à Millefeuille à Nantes

2014
Publication d’un travail personnel dans le magasine Kiblind, suivi d’une exposition collective au Point Éphémère à Paris
Short Cuts à la galerie Short à Nantes

 2020
-finaliste du 10ème Prix Jeune Création de l’Atelier Blanc et du Moulin des Arts, Saint-Rémy
-résidence chez Collectif BLAST, Angers

2019
– bourse d’Aide Individuelle à la Création de la DRAC Loire Atlantique
– 2e place du Prix Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour l’Art contemporain pour une pièce réalisée en collaboration avec Leah Desmousseaux 

Art Delivery, artothèque de l’École des Beaux-arts de Nantes
Artothèque de la Médiathèque du Pays d’Héricourt

œuvres