lia khinchikashvili

Issue de l’Ecole nationale d’art de Dijon, où elle obtient son Diplôme nationale d’art en 2019, Lia Khinchikashvili poursuit son parcours en Géorgie, dont elle est originaire, pour un séjour de plusieurs mois à la State Academy of Art de Tbilisi.

La peinture par intervention numérique permet à Lia Khinchikashvili de  supprimer la trace de la main. Le  tableau est  libéré de la matière, de sa « croûte ». Elle utilise le papier « dos bleu », un matériau intéressant de par sa rigidité et son absorption de la couleur. Il possède aussi une souplesse étonnante due à sa fragilité. Tendu comme un écran, il ouvre un espace dans le mur, une scène qui s’apparente à un plan de cinéma, le 7e art jouant un rôle prépondérant dans les compositions de la jeune plasticienne, en particulier l’esthétique du réalisateur Eric Rhomer. Le travail de la couleur, de l’espace et de la perspective est ainsi pensé et calibré au millimètre près.  

  • 2019
    « émergences #1 », Galerie Robet Dantec, Belfort

œuvres